3ème Session Ordinaire Du Hcct Sur «environnement, Changement Climatiques Et Collectivités Territoriales» : Les Fortes Recommandations Du Ministre Abdou Karim Sall

Sunufm Radio
Sunufm Radio
Développeur: GS3 Sénégal
Prix: Gratuit


Single Post
3ème session ordinaire du HCCT sur «Environnement, Changement climatiques et Collectivités territoriales» : Les fortes recommandations du ministre Abdou Karim Sall

La troisième session ordinaire de l’année 2021 du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) s’est ouverte en visioconférence, ce jeudi 26 août, à Dakar. Cette rencontre, qui porte sur le thème : «Environnement, Changement climatiques et Collectivités territoriales : Quelles nouvelles perspectives pour un développement durable ?», a noté la participation active du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall.

Trois sous-thèmes à l’ordre du jour

Les participants se sont penchés sur trois sous-thèmes, à savoir : « Les rôles et responsabilités des collectivités territoriales dans la lutte contre les changements climatiques », « Les rôles et responsabilité des collectivités territoriales dans le changement climatique et la gestion des inondations, l’approche doit être inclusive et participative » et enfin, « La mobilisation des partenariats pour le financement de projets d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques par la collectivité territoriale». A l’issue des travaux, chacun de ces sous-thèmes devra faire l’objet d’un «avis motivé assorti également de recommandations bien formulées et un rapport d’étude beaucoup plus exhaustif» sur la thématique sera aussi produit.

«Un sujet d’actualité »

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, dans sa communication, a soutenu que le thème de cette présente session est un sujet d’actualité et ces trois thématiques sont « une preuve tangible de la place que le Haut conseil des collectivités territoires réserve à l’environnement dans son ensemble en tant que préoccupation nationale».

Par rapport au premier sous-thème, Abdou Karim Sall soutient que les collectivités territoriales occupent « une place centrale » dans la mise en œuvre de la politique environnementale du pays. Pour lui, « elles sont dépositaires de compétences transférées en matière d’environnement et de gestion des ressources naturelles conformément à l’Acte 3 de la décentralisation ».

Concernant le deuxième sous-thème, il a fait savoir que les inondations vécues « ces temps-ci un peu partout au Sénégal ont encore une fois montré que les risques climatiques ont des incidences considérables sur le développement socio-économique du pays ».

Pour la dernière thématique qui a trait à «la mobilisation des partenariats pour le financement de projets d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques par la collectivité territoriale», le ministre soutient que le département en charge de l’environnement n’est pas en reste «surtout pour les projets et programmes de lutte contre les inondations à travers le recours aux mécanismes financiers mis en place dans le cadre des accords multilatéraux sur l’environnement».

«La lutte contre les inondations est inscrite au rang de priorité»

Selon lui, la lutte contre les inondations est inscrite au «rang de priorité» dans le cadre de sa politique d’adaptation aux changements climatiques.

A l’en croire, « dans le volet adaptation de la Contribution déterminée au niveau national (CDN), le risque d’inondation a été analysé et trois axes majeurs d’intervention préconisés». Il s’agit de la mise en œuvre du plan national d’aménagement et de développement durable du territoire pour « mieux organiser l’occupation» de l’espace ; la restructuration des espaces urbains sensibles, le relogement des populations vulnérables et le renforcement des infrastructures d’assainissement et des systèmes de drainage des eaux pluviales dans les villes.

Cinq recommandations phares formulées

Pour finir, le ministre a formulé plusieurs recommandations. En effet, il propose de «mettre en place une base de données exhaustive permettant de connaître les risques liés aux inondations, les localiser, les surveiller et évaluer leur impact en termes de pertes et dommages subis par les populations ; de poursuivre les efforts de mobilisation des financements nécessaires pour la mise en œuvre des investissements et des opérations d’entretien, de maintenance et de gestion des ouvrages existants ; de valoriser les résultats de la recherche en capitalisant les informations sur les risques d’inondation, leur évolution dans le temps et dans l’espace, leur conséquence sur la vulnérabilité de l’homme et de son milieu ; de mettre en place, sous ancrage institutionnel d’une entité existante au sein du ministère en charge des collectivités locales, un dispositif de soutien pérenne à la mobilisation des ressources, qui joue le rôle d’interface entre le niveau national et le niveau local ; et enfin, de renforcer le rôle des Comités régionaux Changement climatique et institutionnaliser les interrelations avec le Comité national, pouvant faire l’objet d’élaboration d’un plan d’actions».