Affaire contre Djibril War«Cheikh Oumar Diagne n’est demandeur d’aucune médiation pour sa libération»

0
36


Single Post
Affaire contre Djibril War : «Cheikh Oumar Diagne n’est demandeur d’aucune médiation pour sa libération»
Depuis hier une rumeur selon laquelle la famille de Cheikh Oumar Diagne a «voulu tenter d’activer une médiation» auprès des chefs religieux de Tivaouane pour la libération de ce dernier, circule sur les réseaux sociaux. Puisque, dit-on, la mère du professeur a des liens de parenté avec la famille Sy. « Mais, on leur a dit que personne ne va s’impliquer dans cette affaire et que Cheikh Oumar Diagne doit être puni pour ses dires», dit-on. Des propos qui ont fini de choquer des proches du secrétaire général du mouvement de Rassemblement pour la vérité. «Sa maman est actuellement très abattue depuis qu’elle a été mise au courant de ces fausses informations. Il y a de l’intox dans ces déclarations à des fins inavouées. Il ne faut pas qu’ils essayent de manipuler l’opinion publique. La famille d’Oumar Diagne ne demande aucune intervention de qui que ce soit auprès de Djibril War afin qu’il retire sa plainte », confie un proche de la famille.

Selon ce dernier, la mère de Cheikh Oumar Diagne n’a pas été chez les familles religieuses pour solliciter une médiation. Parce que, précise-il, «Cheikh Oumar Diagne n’a rien à se reprocher dans cette affaire ». « Il est détenu arbitrairement. Mais, il reste digne devant cette épreuve  et compte se battre jusqu’au bout. Et, on espère qu’avec l’aide de ses avocats en l’occurrence Mes Khoureyssi Ba, Moussa Sarr, Abdoulaye Tall et Bocar Arfang Ndao que la justice sera rendue en sa faveur parce qu’il n’a commis aucun acte délictuel. Cheikh Oumar Diagne est un homme véridique, engagé et constant dans ses positions», a fait savoir, notre interlocuteur, au bout du fil.

C’est le jeudi 7 avril dernier, que le juge du 2ème cabinet d’instruction, Mamadou Seck a acté le placement sous mandat de dépôt, du religieux pour les chefs de prévention de diffamation et d’injures proférées à l’encontre du député Djibril War, menaces sans ordre ou condition et insultes par le biais d’un système informatique.


Source: seneweb.com