Atelier De Sensibilisation Et De Formation De La Dgid Sur La Lutte Contre Le Blanchiment Des Capitaux Et Le Financement Du Terrorisme

46
Single Post


Single Post
Atelier de sensibilisation et de Formation de la DGID sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme
Dans le cadre de ses missions de supervision et de contrôle, la DGID, en collaboration avec la CENTIF, a bénéficié de séances de formation sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, avec l’appui d’expertise France à travers le projet OCWAR M (Organised crime : West African Response to Money Laundering and the Financing of Terrorism / La réponse ouest-africaine au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme ».


Les séances se sont tenues les 28 juin et le 2 juillet 2021 à Dakar avec les autorités de la Direction Générale des Impôts et des Domaines (DGID) à savoir le Directeur général M. Bassirou Samba NIASSE, les Directeurs et leurs adjoints, les Conseillers techniques et les chefs de Bureaux rattachés.

Désignée par décret (n°2019-1500 du 18/09/2019) comme Autorité de supervision des experts comptables en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC-FT), la DGID a ainsi bénéficié d’un accompagnement technique qui vise, à terme, la mise en place d’un dispositif organisationnel. Ainsi, un ensemble de stratégies et d’approches permettront d’identifier et de contrôler les flux de capitaux, et le cas échéant, d’apporter le traitement légal idoine.

Il faut souligner qu’en matière de LBC-FT, des obligations pèsent sur les superviseurs (la DGID) mais également sur les assujettis, à l’instar des experts comptables. Ainsi, le projet OCWAR-M propose également des formations pour ces acteurs. 

En effet, les comptables et experts comptables peuvent être exposés, directement ou indirectement, au blanchiment des capitaux : qu’ils soient actifs dans le processus de blanchiment ou, plus vraisemblablement, qu’ils détiennent dans leurs portefeuilles des clients se livrant à des actes de blanchiment. 

Ainsi, une supervision rigoureuse de la profession en matière de LBC/FT est donc essentielle,  et passe nécessairement par l’interactivité  avec les différentes institutions financières et la mise en place d’un cadre juridique approprié pour un processus abouti. 

A terme, cet atelier de sensibilisation, la DGID devra mettre en place un schéma de contrôle de conformité et un dispositif de surveillance avec les différents intervenants pour faciliter la détection d’infractions et de déclencher la procédure qui sied.