Campagne Anacarde 2021 : 15 Milliards Déjà Mobilisés Par La Der/fj Pour La Commercialisation

83
Single Post


Single Post
Campagne anacarde 2021 : 15 milliards déjà mobilisés par la DER/FJ pour la commercialisation
(Ziguinchor, envoyés spéciaux) – C’est officiel ! La campagne de commercialisation de l’anacarde pour l’année 2021 est lancée. La cérémonie officielle de lancement a eu lieu, ce mardi 18 mai, au port de Ziguinchor, en présence du ministre du Commerce et des PME, Aminata Assome Diatta, du Délégué général de la Der/Fj, Papa Amadou Sarr, du Gouverneur de Ziguinchor, Guédj Diouf, des acteurs de la filière anacarde, des partenaires techniques et financiers, entre autres.

Auparavant, un Comité régional de développement (Crd) d’évaluation de la campagne précédente a été tenu. Au cours de cette rencontre présidée par la ministre du Commerce et des PME et qui a duré plus de quatre tours d’horloge, Papa Amadou Sarr a annoncé que, cette année, la Der/Fj va accompagner la commercialisation de la filière anacarde avec une ligne de crédit de 15 milliards de francs Cfa. Une enveloppe que les acteurs de la Casamance (Ziguinchor, Sédhiou et Kolda) ont proposée suite à l’évaluation de leurs besoins en termes de financement de la campagne de 2021.

Plus de 19 milliards prévus pour cette année

Cette année, l’enveloppe globale prévue pour la chaîne de valeur anacarde est estimée à 19 milliards 49 millions de francs Cfa. Par rapport aux perspectives, la Der/Fj a décidé, avec ses partenaires, de financer « très tôt » les acteurs pour l’achat de la noix de cajou, d’accompagner la filière sur la disponibilité de hangars de stockage et de plateformes logistiques, de financer la recherche et les pépiniéristes pour l’introduction de nouvelles variétés à haute potentiel de rendement et d’accompagner la filière pour la labellisation, la contractualisation entre acteurs, la certification bio afin de permettre l’accès à des marchés plus intéressants.

Aussi, toujours pour cette année en cours, la Der/Fj a validé avec les acteurs des trois régions de la Casamance, un certain nombre de décisions. Il s’agit entre autres, de mettre 60 millions de francs Cfa pour les intrants et la recherche et développement ; mettre en place une ligne de crédit de 2 milliards pour financer les producteurs, soit 200 producteurs à hauteur de 2 millions par hectare, financer les 9 coopératives de production, pour une première fois sous l’impulsion de Shelter for life, avec un crédit d’amorçage de 15 millions de francs Cfa par coopérative (soit un montant global de 135 millions.

Elle va également financer 6 hangars de stockage de noix de cajou en Casamance pour une enveloppe globale de 1 milliard 200 millions de francs Cfa, soit 2 hangars par région et 200 millions de francs Cfa en moyenne /hangar avec une capacité de 1500 tonnes chacun ; financer la transformation à travers 6 unités industrielles modernes et 15 unités artisanales pour un montant global de 1 milliard de francs Cfa ; appuyer l’accès au marché pour la noix transformée avec le soutien de labellisation, de packaging, la communication et la contractualisation pour 100 millions de francs Cfa, et enfin, financer la commercialisation de l’anacarde pour une enveloppe de 15 milliards.

En plus de ces décisions, la Der/Fj a pris des mesures particulières pour répondre « efficacement aux attentes » des acteurs pour cette campagne avec notamment le décaissement dès la semaine prochaine des premiers financements.

En 2020, plus de 21 milliards ont été enregistrés en termes d’exportation

Pour rappel, la Der/Fj a accompagné la filière en 2020 en injectant une enveloppe de plus 12 milliards de francs Cfa pour sauver la campagne de commercialisation. Ce, face au repli des acteurs étrangers à cause de la Covid-19. Ce qui a permis aux fruits de respecter la promesse des fleurs puisqu’une valeur de plus de 21 milliards de francs Cfa a pu être enregistrée en termes d’exportation avec un total de 2 160 conteneurs expédiés à l’étranger.

Ces 12 milliards ont permis le décaissement de 4,2 milliards de via la BNDE sur le maillon exportation pour 5 254 tonnes de noix de cajou collectées ; 900 millions avec le Crédit Mutuel du Sénégal sur le maillon collecte et transformation pour 2 000 tonnes, avec 378 millions financés pour la transformation et 50 millions accordés aux GIE via PAMECAS pour la transformation à Sokone et Kolda.

« La campagne 2020 s’est bien passée malgré un contexte de Covid »

La ministre du Commerce et des PME, pour sa part, a soutenu que malgré la pandémie de Covid-19, la campagne de l’année écoulée s’est « bien passée ». « Malgré un contexte de crise sanitaire liée à la Covid-19 et qui a suscité beaucoup de doute et de pessimisme sur son déroulement normal, nous pouvons dire que globalement la campagne de commercialisation de noix de cajou au titre de l’année 2020 s’est bien passée », a soutenu Aminata Assome Diatta.

Selon elle, cette campagne a permis d’enregistrer, entre autres, des résultats « très remarquables », tant en termes de volume d’exportation, d’emplois créés et de revenus générés auprès des différents acteurs intervenants sur la chaîne de valeur de la filière anacarde.

Une ligne de financement « consistant » mise à la disposition des acteurs par la Der/Fj

La tutelle de rappeler que, pour palier à l’absence des Indiens et des Vietnamiens en raison des restrictions des mouvements des personnes liées au coronavirus, le Délégué général de la Der/Fj, en collaboration avec son département ministériel et des institutions partenaires, a mis à la disposition des acteurs de la filière de Casamance une ligne de financement « consistant ». Lequel a permis, selon elle, d’«assurer un bon déroulement de la campagne anacarde 2020 mais aussi d’inciter les opérateurs privés nationaux à s’approprier davantage le développement de la filière, particulièrement le maillon de l’exportation jusque-là dominé par les opérateurs économiques asiatiques ».

Satisfecit par rapport à l’enveloppe de cette année

Mme le ministre a également noté avec « beaucoup de satisfaction » l’enveloppe de plus de 19 milliards de francs Cfa prévue par la Der/Fj cette année pour toute la chaîne de valeur anacarde.

Les producteurs « contraints à brader » leurs productions

Venu prendre part à la rencontre, le président du Collège national des commerçants exportateurs du Sénégal, Boubacar Konta, a, quant à lui, soutenu que l’année dernière, sans le financement de la Der/Fj, les producteurs étaient « contraints à brader » leurs productions.