Coronavirus : À Milan, Comment Les Corps Des Victimes Non Réclamés Sont Enterrés

Single Post
Sunufm Radio
Sunufm Radio
Développeur: GS3 Sénégal
Prix: Gratuit


Single Post
Coronavirus : À Milan, comment les corps des victimes non réclamés sont enterrés
La ville de Milan a dédié un espace funéraires aux personnes décédées du Covid-19 sans qu’un proche puisse être à leurs côtés. Mais il ne s’agit pas d’une fosse commune.

CORONAVIRUS – Des corps sans proches, mais pas sans noms. La ville de Milan, au cœur de la région italienne la plus touchée par le coronavirus, a commencé jeudi 23 avril à enterrer des dizaines de victimes dont les corps n’ont pas été réclamés par leurs proches.
Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, des rangs serrés de petites croix blanches ont été alignés devant des fosses creusées au tractopelle pour recevoir les dépouilles, alors que la Lombardie, région dont Milan est la capitale et poumon économique du pays, a enregistré 13.000 morts depuis le début de la pandémie, soit plus de la moitié des décès dans la péninsule.
“Ce n’est pas une fosse commune, c’est un espace entièrement dédié à ces gens qui sont malheureusement morts sans avoir de proches auprès d’eux”, a expliqué à la presse la maire-adjointe de la capitale lombarde, Roberta Cocco, alors que les 61 premiers corps étaient inhumés au cimetière de Musocco, l’un des plus grands et beaux cimetières de la ville.
Saturation des morgues
“Nous avons ici 61 personnes qui sont mortes durant cette période terrible, chacune d’entre elles dispose d’un nom et d’une croix pour permettre qu’elles soient reconnues”, a-t-elle précisé. “Cela ne signifie pas qu’elles n’ont pas de famille, cela signifie que durant cette période particulière, au bout de cinq jours après le décès, nous n’avons pas reçu d’indication sur ce qu’il fallait faire de cette personne”.
Face au nombre de décès et au risque de saturation des morgues, Milan a en effet décidé de réduire de trente à cinq jours le délai durant lequel les familles et proches des victimes peuvent récupérer leur corps.
Les familles qui n’ont pas été en mesure de réclamer un corps en raison des mesures drastiques de confinement ou de leur propre état de santé auront la possibilité de le récupérer au bout de deux ans “pour des raisons sanitaires”, a indiqué Roberta Cocco.
L’espace dédié aux corps non réclamés peut accueillir jusqu’à 600 corps, mais les autorités milanaises espèrent ne pas avoir à utiliser toutes les sépultures disponibles.