Covid-19 : Netflix, Amazon, Sex Toys Et Autres Grands Gagnants De La Crise

Single Post
Sunufm Radio
Sunufm Radio
Développeur: GS3 Sénégal
Prix: Gratuit


Single Post
Covid-19 : Netflix, Amazon, sex toys et autres grands gagnants de la crise
Les effets de l’épidémie de Covid-19 sur l’industrie mondiale font craindre une crise économique aussi grave que la Grande Dépression. Mais pour une poignée d’entreprises, à l’instar des géants américains Netflix et Amazon, les affaires sont florissantes.

Les images ont fait le tour du monde. Alors que les mesures de confinement destinées à endiguer la propagation du Covid-19 commençaient à se multiplier un peu partout sur la planète, les rayons des supermarchés étaient pris d’assaut. Parmi les produits les plus prisées : le riz, la farine, les pâtes et, plus étonnamment, le papier toilette. À la grande satisfaction des fabricants des précieux rouleaux : Procter & Gamble, l’un des leaders du marché, a ainsi récemment annoncé une hausse de 10 % de ses ventes aux États-Unis.

Alors que les effets de l’épidémie de Covid-19 font craindre une crise économique mondiale sans précédent depuis la Grande Dépression, une poignée d’entreprises font des affaires très florissantes.
“Les gens veulent du divertissement”
Avec plus de 4 milliards d’habitants contraints de rester chez eux, le secteur du divertissement à domicile a su tirer les marrons du feu. Grand bénéficiaire de la crise sanitaire, le géant américain Netflix a fait savoir que, depuis le début de l’année, 15,8 millions de personnes se sont abonnées à sa plateforme de vidéos. Soit le double de ce que l’entreprise avait prévu.
“La chose dont nous sommes certains, c’est que l’Internet se développe et prend une grande place dans la vie des gens, heureusement. Et les gens veulent du divertissement, ils veulent pouvoir s’échapper et se connecter, que les temps soient difficiles ou joyeux”, a expliqué Reed Hastings, le patron de Netflix, dans une vidéo publiée par le groupe.
Certains confinés ont trouvé d’autres moyens de s’occuper en cette période d’isolement forcé. Aux États-Unis, les ventes de marijuana ont augmenté de 50 % dans les États où elle est légale, engendrant une hausse d’activité pour les livreurs de cannabis. “Beaucoup de clients avec qui je parle tous les jours me disent prendre du cannabis pour calmer leurs angoisses, le stress, des trucs comme ça, et pour aider à dormir la nuit, rapporte Alex Brown, livreur de cannabis interrogé par Reuters. Et puis les gens n’ont pas grand-chose à faire, vous savez, donc d’un point de vue récréatif, cela peut permettre de faire passer la journée plus vite et la rendre plus intéressante.”
Jouets sexuels et fitness en ligne
D’autres secteurs ont bénéficié d’une hausse inattendue de la demande. Au Danemark, en Colombie et en Nouvelle-Zélande, les fabricants de sex-toys ont vu leurs ventes exploser. “La semaine dernière a été folle. Nous avons augmenté nos ventes d’environ 100 % dans tous les pays scandinaves, affirme Mathilde Mackowski, cofondatrice de Sinful, fabricant de jouets sexuels au Danemark. Je pense qu’aujourd’hui nous nous sommes habitués à cette nouvelle vie et avons pris conscience que nous devions avoir un peu plus de plaisir.”
Les entreprises de fitness à domicile font également de fructueuses affaires, à l’instar de Peloton, start-up spécialisée dans le vélo d’appartement connecté, qui a vu la valeur de ses actions grimper. Les fabricants de vélos traditionnels ne sont pas en reste qui, eux aussi, ont pu constater une forte hausse des ventes de bicyclettes.
Peu d’entreprises cependant peuvent se targuer d’avoir atteint les mêmes performances qu’Amazon. Selon les observateurs, le géant américain de la vente en ligne jouit d’une “demande jamais vue”, due à la fermeture d’un très grand nombre de magasins un peu partout dans le monde. La valeur boursière du leader mondial de commerce numérique a atteint le niveau record de 1 200 milliards de dollars.
Quant à la fortune de son propriétaire, Jeff Bezos, déjà auréolé du tire d'”homme le plus riche du monde”, elle devrait atteindre les 24 milliards de dollars cette année, selon l’agence Bloomberg. Ce n’est pas la crise pour tout le monde.