Accueil A la une Croissant Lunaire : La Conacoc, Les Trois Prétendants Et La Subvention De...

Croissant Lunaire : La Conacoc, Les Trois Prétendants Et La Subvention De Macky

Développeur: GS3 Sénégal
Prix: Gratuit


Conacoc et la subvention de l
A voir l’énergie déployée pour diriger la Conacoc, on se demande bien si les prétendants sont intéressés uniquement par le croissant lunaire. En vérité, derrière la lune, il y a une subvention conséquente du président Macky Sall.

La Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire (Conacoc) va scruter la lune, ce soir. Le travail se fera dans l’unité entre Imam Oumar Diène, Dr Bouchera Dièye et Imam Amadou Cissé Ndiéguène, les trois coordonnateurs du comité provisoire mis en place par le ministre de l’Intérieur. Mais combien de temps va durer cette entente ? Pour le moment, l’unité est plus que fragile.

A une semaine de la Korité, imam Oumar Diène avait fait une sortie médiatique pour accuser Bouchera Dièye de « faux et usage de faux » et exige son expulsion du comité provisoire pour avoir organisé un séminaire au nom de la Conacoc, sans l’aval des autres.

Celui-ci réplique en faisant comprendre qu’il a les cachets de la commission, mais aussi le récépissé qui est à son nom. Il revendique donc la légitimité d’agir pour le compte de la Conacoc, tout en mettant en doute le niveau de son adversaire sur les questions religieuses pour expliquer son désintérêt, donc son absence du séminaire organisé au Lac Rose. « Diène est trop limité dans la maîtrise de l’islam », déclare Bouchera Dièye qui dit l’avoir invité à cette activité.

Aujourd’hui, après la médiation du ministre de l’Intérieur Antoine Félix Abdoulaye Diom, les deux hommes semblent revenir à de meilleurs sentiments. « On était ensemble tout à l’heure, on vient juste de se quitter », déclarait Imam Oumar Diène, joint par Seneweb lundi dernier.

S’agissant de la plainte annoncée, Diène déclare que c’est juste un contentieux à vider qui n’entache pas le travail de la commission. Quant à Bouchera Dièye, il se montre encore plus optimiste. « C’était un malentendu amplifié par les journalistes, c’est maintenant réglé », assure-t-il. Reste à savoir si cette paix va durer.

Les 30 millions de Macky

En effet, les raisons de cette guéguerre sont loin de se limiter à des considérations exclusivement religieuses. Sinon, comment comprendre autant d’énergie déployée par les prétendants, Diène et Dièye en particulier, pour diriger une commission qui n’est écoutée que 3 fois l’année : le début et la fin du ramadan ainsi que la tabaski. Les véritables raisons de cette compétition sont donc ailleurs.

En vérité, l’argent y est pour beaucoup dans cette guerre de positionnement. En effet, depuis 2017, le président Macky Sall accorde une subvention annuelle de 30 millions à la Conacoc. L’argent a toujours été géré par Mourchid Iyane Thiam, le défunt président.

Mais pour le moment, les prétendants évitent d’évoquer cette subvention. « Nous n’avons pas de moyen de fonctionnement. Nous cotisons entre nous trois », affirme Bouchera Dièye. « La question de l’argent, c’était du temps de Iyane, c’est fini », lance imam Diène, avant de s’excuser parce qu’il est au volant.

Pourtant, il suffit d’être attentif aux accusations mutuelles entre les deux hommes pour se rendre compte de la place de l’argent. Après avoir accusé son adversaire d’usage de faux, imam Diène ajoute que Dièye « est coutumier des faits car, il y a 22 ans, il avait disparu avec l’argent de la Conacoc ».

Dans sa réplique, Dièye aussi accuse son vis-à-vis de s’agiter uniquement pour de l’argent. « Diène parle parce qu’il pense que cela a généré de l’argent. Nous avons financé cette activité sur fonds propres», a-t-il déclaré à nos confrères du journal Le Quotidien.

« Je ne vais plus permettre à un seul individu d’utiliser cet argent… »

Dans tous les cas, la compétition pour la gestion de cette enveloppe promet d’être rude. En effet, en dehors  des 3 prétendants, il y a d’autres candidats. Imam Daouda Sakho est membre de la Conacoc. Représentant de Touba, il revendique le titre de porte-parole de la commission et ne reconnaît aucune légitimité à ces trois. « Il n’y a personne derrière eux, ils ne font que s’agiter », tacle-t-il, ajoutant que tous les représentants des confréries sont dans son groupe.  

Sur la question des fonds, il promet que plus rien ne sera comme avant. « Je ne vais plus permettre à un seul individu d’utiliser cet argent à lui seul. Désormais, la gestion sera collective et il faut qu’elle soit justifiée par des raisons d’utilité publique », promet Sakho. Ce dernier est d’autant plus convaincu qu’il pense qu’avec tout ce bruit autour de la conacoc, la transparence sera inévitable.

D’habitude, la subvention est disponible en début d’année. Cette fois-ci, rien n’a été décaissé pour le moment. « L’argent est bloqué, d’autant plus que tout est confus. Je pense que le président fera un geste comme d’habitude, mais il faut d’abord une réorganisation », estime Daouda Sakho.


Source: seneweb.com

Développeur: GS3 Sénégal
Prix: Gratuit

Actualité

Exit mobile version