logo

Dabakh, Pape Malick, Al Amine, Borom Daraji : L’actuel Khalife, dernière cible de Moustapha SyParKhadre SAKHO 03/11/2020 à 18:33

Perfect chest workout
Perfect chest workout
Développeur: GS3 Sénégal
Prix: Gratuit


Venant de Moustapha Sy qui a toujours été une personnalité controversée durant toute sa trajectoire, c’est le contraire qui aurait étonné pour qui connait l’homme, réfractaire à toute autorité aussi bien administrative, politique que familiale. Il n’en est pas à son coup d’essai. Il faut dire que Serigne Babacar Sy Mansour est le dernier d’une longue liste de personnalités aussi bien religieuses que politiques qui ont été une ou plusieurs fois de leur vie, la cible de Moustapha Sy.

Et le défunt Khalife aimé de tous, Serigne Abdou Aziz Sy Dabakh a été le premier à être attaqué par Moustapha Sy. En effet, le successeur de Serigne Babacar Sy au Khalifa s’était opposé au fait que le guide moral des Moustarchidines autorisait aux femmes de réciter à haute voix le Coran et le Taïsir de El Hadji Malick Sy. Ce qui, aux yeux de Dabakh, était contraire aux préceptes de l’islam. Moustapha qui a refusé d’obtempérer a été déclaré persona non grata à Tivaouane par le khalife Dabakh.

Banni par son père Al Maktoum depuis février 2012

Dépassés par les sorties de Serigne Moustapha notamment celle de Keur Dieumb en janvier 2018 où il a sévèrement critiqué ses oncles Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine et Serigne Pape Malick Sy, ses frères ont décidé de remettre « les pendules à l’heure ».  son frère Abdou Sy apporte la riposte en ébruitant un secret de famille.

«S’il pensait attaquer Serigne Pape Malick en colportant des contrevérités, il s’est trompé. C’est notre père Serigne Cheikh qu’il a attaqué. Donc il est de notre responsabilité en tant que fils de Serigne Cheikh de remettre les pendules à l’heure… Il est coutumier des faits. Il avait attaqué Serigne Pape Malick Sy lors de la cérémonie du quarantième jour du décès de Serigne Cheikh. Il a la mémoire courte mais parmi tous ses oncles, seul Pape Malick a fait la prison pour défendre sa cause. Donc, il y a des choses qu’il doit arrêter», tonne-t-il.

Avant de rembobiner : «Pape Malick n’a pas été le premier à être attaqué. Il a d’abord attaqué Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine alors que ce dernier l’a appelé pendant 3 mois pour qu’on tienne une réunion de famille ; il n’est jamais venu », fait remarquer son jeune frère qui finit par dévoiler un grand secret de famille.

«Serigne Cheikh a fait son dernier Gamou en 2011 au champ des courses. L’année suivante, à la veille du Gamou en février 2012, il a demandé à Pape Malick Sy et Serigne Moustapha d’animer désormais le Gamou puisque sa santé ne lui permettait plus de le faire. Le lendemain, Serigne Cheikh était très remonté contre Serigne Moustapha pour des propos qu’il aurait tenus à l’encontre de Papa Malick Sy. Trois jours après, il a été convoqué par Serigne Cheikh mais l’audience n’a pas duré 5 minutes. Depuis ce jour de février 2012, il n’a pas revu Serigne Cheikh jusqu’au jour où on le mettait dans la tombe en mars 2017 », révèle Abdou Sy sur les ondes de la Rfm.

Mystificateur et Théoricien du complot

S’il y a un don que son frère Abdou Sy lui reconnait, c’est celui de « fabriquer des histoires de toute pièce », fruits de son imagination fertile. L’histoire de la fameuse fille de l’ancien président de la République Abdou Diouf envoyée par son père et Macky Sall pour le séduire, et tant d’autres sont à mettre sous ce registre.

En effet, Serigne Moustapha qui a fini par transformer le Gamou de Champ des courses à un haut lieu de règlement de comptes, révélait en 2016 qu’Abdou Diouf et Macky Sall qu’il accusait d’avoir mystiquement atteint les Sénégalais à travers le lac de Guiers, avaient ourdi un complot en lui envoyant la fille de Diouf pour qu’elle la séduise.

Les faits ont fini par révéler qu’il s’agissait de l’ancienne Miss Sénégal, Fabienne Féliho avec qui le deuxième fils d’Al Makhtoum (il a un grand frère homonyme de Serigne Mansour Borom Daraa-ji) s’est marié pendant 8 mois, rapporte Seneweb.



SÉLÉCTION DE LA RÉDACTION