En Grèce, Ces Gardes-côtes Indignent En Tentant De Couler Un Bateau De Migrants

Single Post
Sunufm Radio
Sunufm Radio
Développeur: GS3 Sénégal
Prix: Gratuit


Single Post
En Grèce, ces gardes-côtes indignent en tentant de couler un bateau de migrants


Après la décision de la Turquie d’ouvrir ses frontières, la Grèce doit faire face à une nouvelle vague migratoire.


CRISE MIGRATOIRE – Après l’ouverture des frontières de la Turquie le 28 février, la Grèce tente de repousser des milliers de migrants avec des pratiques qui indignent comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.
Ce lundi 2 mars, une vidéo montrant des gardes-côtes grecs attaquer l’embarcation de migrants a suscité la colère de plusieurs élus de gauche en France. On y voit les agents tenter de couler un navire en pleine mer. L’usage délibéré de la force se traduit notamment par des tirs sur le bateau pour forcer les migrants à faire demi-tour et retourner en Syrie.
La crainte d’une nouvelle vague migratoire
L’Union européenne craint que ces images se multiplient et redoute une nouvelle crise migratoire majeure semblable à celle de 2015. En cause, la décision du président turc Recep Tayyip Erdogan motivée par la volonté d’obtenir plus de soutien en Syrie, comme l’explique notre vidéo à revoir ci-dessous.

“Depuis que nous avons ouvert nos frontières, le nombre de ceux qui se sont dirigés vers l’Europe a atteint les centaines de milliers. Bientôt, ce nombre s’exprimera en millions”, a menacé ce lundi Erdogan.

“Personne ne peut faire chanter l’UE”
La chancelière allemande Angela Merkel a jugé “inacceptable” que la Turquie fasse pression sur l’Union européenne “sur le dos des réfugiés”. Et “personne ne peut faire chanter l’UE”, a prévenu le commissaire européen aux Migrations Margaritis Schinas.
Dans ce contexte géopolitique particulièrement tendu, une réunion extraordinaire des ministres de l’Intérieur de l’UE a été convoquée ce mercredi 4 mars à Bruxelles pour aider la Grèce et la Bulgarie face à l’afflux de migrants.
Plusieurs milliers de migrants et de réfugiés sont massés le long des 212 km de la frontière terrestre gréco-turque qui borde le fleuve Evros (nommé Meritsa côté turc) dans l’attente de pouvoir passer en Grèce. L’Organisation internationale des migrations (OIM) a estimé leur nombre à environ 13.000 ce week-end.
Une augmentation des arrivées est également enregistrée par la mer dans les îles de l’Égée, en face de la Turquie. L’agence européenne de contrôle des frontières Frontex a accepté lundi de lancer une opération rapide de soutien à la Grèce.