Ess Et Rse : La Campagne De Vulgarisation Et D’appropriation Lancée

47
Single Post


Single Post
ESS et RSE : La campagne de vulgarisation et d’appropriation lancée
Après la tenue du sommet international sur l’innovation et l’engagement sociétal, place aux actes. La promulgation par le chef de l’État de la loi d’orientation sur l’Économie sociale et solidaire apporte de nouvelles innovations et des avantages seront désormais attribués aux acteurs de l’Économie sociale et solidaire. La ministre en charge du domaine a regroupé les différents acteurs autour d’un panel pour démarrer la campagne de vulgarisation, d’appropriation et de mise en œuvre de la RSE.


« C’est un panel qui vient à son heure, dans la mesure ou M. le président de la république a promulgué le 15 juin la loi d’orientation relative à l’Économie Sociale et Solidaire et dans laquelle loi, parmi les innovations majeures contenues, nous avons l’encadrement de la RSE au-delà de tous les avantages qui seront dorénavant attribués aux acteurs de l’Économie sociale et solidaire. Donc pour le rappeler les acteurs de l’Économie sociale et solidaire, c’est les coopératives, c’est les mutuelles, c’est le secteur informel et c’est bien d’autres structures. Cela veut dire d’abord qu’il y a un pan important de notre pays qui bénéficiera des avantages et notamment d’un modèle entrepreneurial. Et vous savez, de la RSE à l’Économie sociale et solidaire, c’est un seul pan. Aujourd’hui également l’innovation de cette loi c’est que la RSE part d’un statut libre (elle est volontaire) à un statut orienté », déclare la ministre de la Microfinance Zahra Iyane Thiam Diop.

Aujourd’hui, avec ce contexte (promulgation de la loi), toutes les bases de la réflexion sont jetées avec les différents acteurs qui ont magnifié ce panel.  

« Nous œuvrons depuis plus de 10 ans dans la RSE à travers l’éducation, la santé, l’environnement, l’entrepreneuriat féminin. Nous saluons ce sommet, cette initiative, ce qui a permis à des acteurs, des parties prenantes d’échanger autour de cette thématique et surtout d’identifier les axes d’amélioration. Aujourd’hui ça a été abordé lors du panel. Il est important qu’on puisse avoir un cadre qui va permettre aux entreprises  de se réunir, d’échanger et de partager sur cette thématique de responsabilité sociétale d’entreprise et nous pensons que le ministère  de la Microfinance et de l’économie sociale et solidaire permettra de mettre en place très vite les bases de ce cadre d’échange-là qui permettra aux grandes entreprises, aux Pme et aux Pmi de développer ce sujet de la RSE au Sénégal », déclare Madame  Rokhaya Solange Mbengue Ndir, Chef de Département Rse et Partenariat de Orange.

Du coté de Atos, une entreprise évoluant dans le domaine de l’informatique présente à ce panel, la portée de la Rse vers l’inclusion semble être bien perçue.

« Ce que nous avons discuté avec Madame la ministre et toutes les personnalités qui étaient présentent, c’est d’avoir une organisation qui unit les entreprises privés et le public, l’État, pour définir ensemble un format pour les actions qu’on peut suivre et qu’on peut financer pour développer les économies dans les villages et les collectivités territoriales du Sénégal », explique Alpha Barry, Directeur général Atos Afrique.

La campagne de vulgarisation de la Rse en phase avec l’Ess est en marche. Ce panel qui réunit les différents acteurs jette les bases du programme de vulgarisation de l’encadrement par la Rse de l’Ess vers une méthodologie plus inclusive.