Faible Enregistrement Des Faits D’état-civil Au Sénégal : L’étude Sur Les Déterminants Socio-culturels Partagée

24
Single Post


Single Post
Faible enregistrement des faits d’état-civil au Sénégal : L’étude sur les déterminants socio-culturels partagée

Le Réseau des parlementaires pour la population et le développement (Rppd), avec l’appui du Fonds des Nations-Unies pour la population (Fnuap) et de la Direction du développement du capital humain (Ddch) du ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération, a organisé une journée de partage de l’étude sur les déterminants socio-culturels du faible enregistrement des faits d’état-civil.

Cette rencontre, qui s’est tenue ce mardi 8 juin 2021, à Dakar, a été présidée par le directeur du développement du capital humain, Assane Ndiaye, par ailleurs, représentant du ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, en présence du député Ndèye Lucie Cissé, vice-présidente du Réseau des parlementaires pour la population et le développement.

Cette journée de partage a été une occasion pour les participants, de classer par ordre de priorité les problèmes et enjeux majeurs identifiés dans l’étude comme obstacles à l’enregistrement à l’état-civil ; de dégager des axes majeurs de plaidoyer pour les parlementaires qui pourront, sur cette base, apporter leur contribution afin de lever les obstacles identifiés, notamment.