Femmes leaders : “Le Président Macky Sall a compris le cri de cœur de la jeunesse”ParCheikh Tidiane Kandé 13/03/2021 à 8:55

79
logo


Le Sénégal, pays de la Téranga, terre de droit, la fierté institutionnelle de l’Afrique, l’un des pays les plus stables d’Afrique de l’Ouest, était en proie à des heurts inhabituels depuis plusieurs jours.

Sortir de ce conflit, selon “Les femmes leaders”, était une nécessité, revenir à la sérénité, car ʺla secousse a été institutionnellement tellurique. Gouverner en période d’orage demande de la hauteur”.

Pour les FL. “le Président a fait le diagnostic de la crise, a pris la mesure de la crise dans le fond et dans la forme, a regretté les morts et l’ampleur des dégâts, pour prononcer un discours d’apaisement de bonne taille”.

“Le Président Macky Sall a compris le cri de cœur de la jeunesse qui dénonçait les conditions de dureté de la vie due à la pandémie de covid-19”, ont indiqué les plateformes des Femmes Leaders du Sénégal, constituait des femmes de la société civile, de l’opposition, des femmes de la majorité et des associations féminines qui “trouve que, dans un affrontement, tout n’est pas tout blanc ou tout noir. La Plateforme des Femmes Leaders du Sénégal (FLS) se félicite que le président de la République ait été capable d’entendre la réalité des jeunes et en tenir compte ; sinon impossible de sortir de l’impasse”.

En effet, les femmes leaders du Sénégal louent très fortement le professionnalisme des forces de l’ordre et de leurs commandements qui ont mis tous les moyens nécessaires pour maintenir l’ordre, décernent une mention spéciale aux médiateurs que sont : les religieux musulmans et chrétiens, les autorités coutumières, les personnalités de la société civile, saluent l’allègement des restrictions sur le couvre-feu et l’arrêt des cours du préscolaire au supérieur jusqu’à ce qu’il y ait accalmie et recommandent de prévenir et de résoudre toutes les crises.

En outre, les Femmes Leaders pensent qu’il “est nécessaire de faire des concessions réciproques, des compromis, et prendre le temps de communiquer en restant dans le respect de chacun. C’est ce qui permet de comprendre les différences, de clarifier les incompréhensions, d’éviter les frustrations, d’exprimer et de prendre en compte au mieux les besoins de chacun”.

Et pour finir, les FL n’omettront pas demander à ce que soit permise “la prise de conscience et l’expression des émotions et des sentiments à risques comme la déception, la colère, l’injustice”, car c’est “ce qui permet de les évacuer et de créer un contexte plus favorable à la communication plus sereine et plus constructive”.