Financement De La Campagne Anacarde 2021 : Pourquoi Les Acteurs De La Casamance Ont Proposé 15 Milliards à La Der/fj

31
Single Post


Single Post
Financement de la campagne anacarde 2021 : Pourquoi les acteurs de la Casamance ont proposé 15 milliards à la DER/FJ

(Sédhiou, envoyés spéciaux) – Les acteurs de la filière anacarde de la Casamance n’ont pas évalué, de façon hasardeuse, leurs besoins en termes de financement et d’accompagnement pour la campagne de commercialisation de cette année 2021. En effet, selon eux, les 15 milliards de francs Cfa qu’ils ont proposés à la Délégation générale à l’entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes (Der/Fj) et qui ont été validés, ont été évalués en fonction de la production qui est attendue cette année. Comparé à l’enveloppe de l’année dernière (12,5 milliards de francs Cfa), ce montant a connu une hausse de plus de 2 milliards de francs Cfa. Ces 15 milliards seront répartis entre Ziguinchor, Sédhiou et Kolda, soit 5 milliards de francs Cfa par région.

« Réduire les fonds qui viennent de l’extérieur au profit des fonds nationaux »


Siaka Diallo est le président du Cadre régional de concertation de la filière anacarde de Ziguinchor. S’exprimant en marge de la mission que la Der/Fj a effectuée du 28 avril au 1er mai 2021, dans les régions de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda, pour évaluer avec eux la campagne précédente et préparer celle de cette année en termes de besoins, il a expliqué qu’il y aura plus de production cette année par rapport à 2020.

Aussi, il renseigne que les acteurs veulent « réduire les fonds qui viennent de l’extérieur au profit des fonds nationaux ». 


« La Der accompagne la filière sur tous ses maillons » 


Siaka Diallo a, par ailleurs, profité de l’occasion pour remercier le Délégué général de la Der/Fj pour « l’effort qu’il est train de fournir pour le développement de la filière en Casamance ». Selon lui, cette mission d’évaluation de la Der/Fj est très opportune car, elle a permis d’identifier les difficultés que les acteurs rencontrent dans la filière notamment, dans la transformation et dans l’organisation paysanne. A l’en croire, la Der/Fj est en train d’accompagner la filière anacarde sur tous ses maillons.


« La filière anacarde, le poumon de l’économie de la Casamance »


Dans ces trois régions de la Casamance, il y a une organisation remarquable autour de la filière. Et pour le président du Cadre régional de concertation de la filière anacarde de Ziguinchor, cela est « une nécessité » pour bénéficier d’un accompagnement vu que la filière est « le poumon » de l’économie de la Casamance. 

« C’est impératif ! Il faudrait que les gens soient organisés pour bénéficier parce que, aller ensemble vaut mieux que d’aller à l’ordre dispersé », a-t-il soutenu.


En 2020, la production a chuté à cause de la Covid-19


Le président du Cadre régional de concertation de la filière anacarde de Sédhiou, Ibrahima Khalil Sagna, pour sa part, a soutenu que ces 15 milliards ont été évalués sur des faits logiques. Il renseigne que la production nationale d’anacarde, qui avait atteinte 55 000 tonnes en 2019, a chuté à 39 000 tonnes l’année passée à cause de la pandémie de Covid-19. Et cette année, il y a de fortes chances que la production connaisse une hausse.

En effet, selon ce commerçant exportateur de noix de cajou, si les 39 000 tonnes produites en 2020 ont été achetées avec les 12,5 milliards de francs Cfa de la Der/Fj, il faut donc au moins 15 milliards pour acheter toute la production de cette année, qui est estimée à 55 000 tonnes.


Une production de 20 à 25 000 tonnes attendue à Kolda


Le président du Cadre régional de concertation de la filière anacarde de Kolda, a également pris part à la mission. Boubacar Konta qui est, par ailleurs, président des commerçants exportateurs de noix de cajou du Sénégal, espère que cette année, la production de noix de cajou sera entre 55 000 et 60 000 tonnes. Et la région de Kolda contribuera à hauteur de 20 voire 25 000 tonnes.  

Il renseigne que l’année passée, pour une première fois, les acteurs ont commencé à faire de l’exportation des noix de cajou à partir de Kolda. Et cette année encore, il y en aura, même s’il affirme que sa localité ne sera pas à 100% comme Ziguinchor.