Single Post

« Gouvernance, Migration Et Développement » : Le Sénégal Réceptionne Un Lot De 9 Véhicules Et 6 Motos, Financement De L’ue

Sunufm Radio
Sunufm Radio
Développeur: GS3 Sénégal
Prix: Gratuit


Single Post
« Gouvernance, migration et développement » : Le Sénégal réceptionne un lot de 9 véhicules et 6 motos, financement de l’UE

Les locaux du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur ont servi de cadre, ce jeudi, à une cérémonie de remise de matériel roulant dans le cadre du projet « Gouvernance, migration et développement » destiné à renforcer la gouvernance de la migration au Sénégal, financé par l’Union européenne. La cérémonie qui s’est tenue à la veille de la Journée internationale du migrant, a été l’occasion pour le Sénégal et ses partenaires européens de réitérer leur volonté commune de lutter contre l’émigration clandestine et favoriser l’insertion et l’accompagnement des candidats de retour au pays.

« Nous avons été rattrapés ces derniers temps, par la dure réalité de l’actualité qui nous a tous interpellés, car ayant mis au centre de nos préoccupations respectives de jeunes ressortissants africains qui, encore une fois, ont emprunté, par vagues, les voies irrégulières de la migration », campe, d’emblée, Aissata Tall Sall dans son discours lu devant l’ambassadeur de la délégation de l’Union européenne au Sénégal. A l’en croire, « Cette situation, fort regrettable, ne valorise pas les innombrables initiatives de nos gouvernements, notamment celui du Sénégal, en faveur de notre jeunesse. Elle nous interpelle également quant à l’urgence de travailler, tous ensemble, en vue de mettre un terme à ces vagues de départs à la recherche d’un hypothétique eldorado ».

Pour Irène Mingasson, ce lot d’équipements remis au ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, « aura un impact direct pour le renforcement des capacités opérationnelles des Bureaux d’Appui d’orientation et de suivi des émigrés (BAOS) ». Ce matériel, un lot de 9 véhicules et 6 motos, pour un montant global de 160 millions de FCFA, est acquis grâce au Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne de lutte contre les causes profondes de la migration, dans le cadre du projet « Renforcement de la gouvernance inclusive de la migration au Sénégal en vue d’améliorer la synergie migration développement », a-t-elle souligné dans son discours.

La diplomate et cheffe de délégation de l’UE note ainsi un « besoin pressant de renforcer les capacités opérationnelles des BAOS », ce qui leur permettra, selon elle de « renforcer leurs activités notamment les activités de sensibilisation auprès des populations ou de suivi de leurs interventions, pour assurer un meilleur impact ».

Les BAOS, appelés à jouer le rôle de conseils pour mettre en exergue l’étendue des opportunités d’emplois, d’investissement

Me Aissata Tall Sall a tenu à rappeler les projets structurants mis en place par le Sénégal dans les zones déshéritées, qui sont souvent des zones de provenance des migrants. Afin de « juguler ce phénomène de la migration irrégulière, l’Etat du Sénégal a renforcé les offres alternatives en termes de qualifications professionnelles à l’endroit des populations rurales, et a incité certaines à investir dans des secteurs porteurs à l’instar de celui des nouvelles technologies. Ces initiatives ont également été accompagnées d’une facilitation de l’accès au financement », informe le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur.

A ce propos, Aissata Tall Sall soulignera l’impact attendu de la mise en place de ces bureaux d’accueil et d’orientation et de suivi (BAOS destinés des Sénégalais de l’extérieur, et la promotion de la capitalisation des expériences de migrants de retour dans leur pays, qui constituent selon elle des avancées dans le cadre de la prise en charge de la question migratoire. « Ces bureaux, dira-t-elle, sont appelés à jouer le rôle de conseils pour mettre en exergue l’étendue des opportunités d’emplois, d’investissement et d’entrepreneuriat qui existent dans notre pays et au besoin, pour favoriser les migrations régulières ».

La première phase du projet va concerner les régions de Dakar, Diourbel, Louga Tamba, Kolda, Sédhiou et Matam. Suivie d’une seconde phase qui devrait permettre d’assurer une couverture totale des 14 régions, annonce le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais d’extérieur.

« Le réseau qui se met progressivement en place, facilitera l’information des populations cibles sur les enjeux et les défis de la migration ». Et « les campagnes d’informations et de sensibilisation, vont mettre l’accent sur les potentialités économiques existantes au niveau local, national et sous-régional pour favoriser des migrations circulaires, sûres, ordonnées et régulières », conclut Aissata Tall Sall.