“La suppression du poste de Premier ministre : Et si c’était la duperie en mode fast-track ?”ParCheikh Tidiane Kandé 26/11/2021 à 8:00

0
18


Le Président Macky Sall, lors du tout dernier conseil des Ministres a annoncé de sa décision de restaurer le poste de Premier Ministre qu’il avait supprimé au soir de sa réélection pour un second mandat, en 2019.

Cette décision, comme cela était prévisible, suscite déjà des polémiques de la part de l’opposition qui dénonce une manipulation excessive de la Constitution. Abdourahmane Sow, coordonnateur de la COSM23, se demande quant à lui, “est-ce qu’un tel choix ne serait pas en réalité duperie en mode fast-track?”

“Nous savions tous que c’était une idée impertinente et une régression démocratique. La mission de contrôle du législatif sur l’action de l’exécutif a été sérieusement entamée et rompue. L’initiateur de ce projet de loi, le Président de la République lui même en était conscient plus que quiconque”, a-t-il indiqué sur sa page Facebook parcourue par senego.

“Rappelons juste que pour l’affaire, plus d’une vingtaine d’articles constitutionnels a été modifié. Dans cette dynamique, la disposition qui a réellement attirée mon inquiétude et mon attention, est celle de l’article 52 ci-joint”, s’est inquiété le jeune politique remarqué par ses prises de positions souvent très courageuses.

Abdourahmane Sow d’ajouter qu’“il est possible de nous tromper certes, mais si pour la restauration des fonctions de Premier ministre ces modifications restent en l’état, cela pose un énorme problème. Autrement dit, en notre sens, le motif injustifiable d’avoir supprimé le poste de Premier ministre, servirait en réalité à la duperie de réviser la Constitution à des fins inavoués”.

En outre, Monsieur Sow lance un ferme avertissement au régime de Macky Sall, et l’annonce qu’ils sont prêts “à toutes les éventualités et tous les cas de figures pour ce combat final”.


Source: senego.com