Lat Diop : «il n’y va pas de l’intérêt, de la survie et de la crédibilité de l’Etat qu’on laisse Sonko continuer de le défier»

0
50


Il a tiré sans sommation sur le leader de Pastef. Lui, c’est Lat Diop, directeur général de la Loterie nationale sénégalaise. Qui, en marge de la cérémonie d’hommage et de remise de récompenses aux meilleurs vendeurs de l’année 2020 et 2021, a déclaré à qui veut l’entendre qu’«il n’y va pas de l’intérêt, de la survie et de la crédibilité de l’Etat qu’on laisse Ousmane Sonko continuer de le défier de cette manière-là.»
«Le constat est établi que la défiance a atteint son paroxysme. Je pense que l’Etat à l’obligation de prendre ses responsabilités et de régler ce problème, une bonne fois pour toute.» C’est, du moins, l’avis du directeur général de la Loterie nationale sénégalaise qui a ergoté, hier, sur le dossier de la masseuse Adji Sarr/Ousmane Sonko. Pour Lat Diop, le comportement du leader de Pastef est inacceptable et impardonnable. «Quel que soit le prix à payer, l’autorité de l’Etat doit être de rigueur», a tranché, tout de go, le boss de la Lonase.
D’après ce dernier, «l’Etat ne doit pas perdre la face devant ce gars. Moi, j’en appelle au sens de la responsabilité de l’Etat pour qu’il se tienne droit devant Ousmne Sonko parce qu’il est en train de défier son autorité. Et je pense que cela n’est pas une bonne chose pour la postérité de ce que nous partageons tous et qui nous est très cher, le Sénégal».
«Les faits sont constants. Ousmane Sonko a appelé à la rébellion, à l’insurrection au vu et au su de tout le monde, ce qui est constitutif de délit grave d’atteinte à la sûreté de l’Etat»
Pour Lat Diop, Ousmane Sonko doit répondre des accusations portées contre sa personne. «Je pense que les faits sont constants. Il a appelé à la rébellion à l’insurrection, au vu et au su de tout le monde, ce qui est constitutif de délit grave d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Donc, ne serait-ce que pour cela, Ousmane Sonko doit être jugé. Il appartiendra à la justice de voir s’il est coupable ou non. Au cas contraire, je pense que l’Etat aura perdu la face devant Sonko, ce que le régime ne doit pas incarner», souligne-t-il.
«Ce qui s’est passé en mars 2021 ne se reproduira pas, vous pouvez en être convaincus. L’Etat et Benno bokk yakaar ont déjà pris leurs responsabilités»
Selon Lat Diop, il n’y a pas de tournure à prendre en considération de cette affaire. Car les pouvoirs de l’Etat sont séparés et chacun assume sa part de responsabilité dans la conduite des affaires publiques. «Il doit aller au Tribunal ; s’il est blanchi, qu’il soit innocenté ; s’il est coupable, qu’il en paie le prix. Il n’y va pas de l’intérêt et de la survie de la crédibilité de l’Etat qu’on laisse Ousmane Sonko continuer à défier l’Etat de cette manière-là. Cela est scandaleux et l’Etat doit y mettre un terme», dit-il.
«Ousmane Sonko doit être jugé. Condamné, il appartient à la justice de le dire. Il doit être jugé quel qu’en soit le prix et advienne que pourra»
S’agissant des retombées de cette affaire, le patron de la Lonase rassure les plus sceptiques quant à l’intransigeance dont feront montre les autorités. «Ce qui s’est passé en Mars 2021 ne se reproduira pas vous pouvez en être convaincus. L’Etat et ‘’Benno bok yakaar’’ ont déjà pris leurs responsabilités et je dis et je répète qu’Ousmane Sonko doit être jugé. Condamné, il appartient à la justice de le dire. Il doit être jugé quel qu’en soit le prix et advienne que pourra», conclut le Dg de la Lonase.


Source: yerimpost.com