Leurs Véhicules Bloqués à La Frontière, Des Sénégalais Accusent Les Autorités Marocaines De Vol De Marchandises Et Interpellent L’etat

0
127


Single Post
Des commerçants sénégalais accusent le Maroc de vol de Marchandises
Depuis 10 ans, Vieux Tamsir Guissé s’active dans le milieu du transport de marchandises par la route, entre Casablanca et Dakar. Il fait partie d’une vingtaine de Sénégalais à être confrontés à des tracasseries de la part des autorités marocaines. Ces dernières, indique-t-il, ont saisi leurs véhicules de même que les marchandises qui étaient à bord. Vieux Tamsir Guissé et ses concitoyens se sont ainsi rendus dans les locaux de Seneweb, hier, pour alerter l’opinion et interpeller le chef de l’Etat sur leur situation.

Les marchandises de plusieurs millions sont perdues

« Nous avons subi un dommage considérable. Depuis la fermeture des frontières en mars dernier, tous nos véhicules ont été immobilisés à “Kandahar”, une zone tampon sur la frontière entre le Maroc et la Mauritanie. Tous les véhicules sont remplis de marchandises, lesquelles ne nous appartiennent pas, mais à des clients, des commerçants sénégalais établis entre le Maroc et le Sénégal », confie Tamsir Guissé.

Mais il y a 3 semaines, poursuit-il, éclate le problème entre le Maroc et le Front Polisario. « On nous a signalé que nos véhicules ont été vandalisés avant d’être acheminés sur le territoire marocain. Nous avons dû nous déplacer jusqu’à Rosso chercher des laissez-passer afin de pouvoir avoir accès au lieu-dit. Ce fut un vrai casse-tête. Nous sommes plus de 20 personnes à être victimes des autorités marocaines. C’est ainsi que nous avons décidé d’unir nos forces ».

Ces Sénégalais révèlent que chaque véhicule transportait des marchandises d’une valeur d’au moins 7 millions et parfois jusqu’à 21 millions F Cfa. Ils lancent ainsi un appel à l’Etat, au président Macky Sall : « Nous travaillons avec nos propres moyens. Si l’Etat ne nous vient pas en aide, ce sera la catastrophe ! Nous sommes assaillis de convocations à la police pour des impayés. Mais nous ne sommes pas en mesure de  payer ce que les clients nous réclament car nos marchandises ont été volées. Il faut que l’Etat nous vienne en aide », lancent Vieux Tamsir Guissé et Cie.