Mission accomplie, monsieur le président Moustapha Niass ! (Ibrahima Baba Sall)

0
45


La date du 30 juin 2022 sera marquée d’une pierre blanche dans l’histoire politco-administrative du Sénégal.
En effet, c’est à cette date que vous avez fait vos adieux à l’Assemblée nationale, après deux législatures que vous avez dirigées sans jamais faillir à vos responsabilités.
Votre compagnon de lutte et vieux ami avec qui vous avez fondé l’Alliance des Forces du Progrès (AFP), et qui vient malheureusement de nous quitter, Monsieur Madieyna Diouf, paix éternelle à son âme, parlez de vous en ces termes :
« C’est un homme de méthode, très attaché aux procédures et aux institutions. Il a aussi un sacré tempérament ! »
Figure clé de la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar (BBY), deuxième personnalité de l’État, vous avez aussi été un allié indéfectible du Président Macky Sall. Votre relation solide est fondée sur le respect mutuel.
C’est Macky Sall, raconte toujours Monsieur Madieyna Diouf, qui, une fois la présidentielle remportée, vous a proposé de prendre les manettes de l’Assemblée.
Votre expérience et votre expertise de la gestion de l’État font de vous un acteur clé de la gestion politco-administrative du pays.
Vous êtes un patriarche très ancré dans le bassin arachidier dont vous êtes originaire.
Vous disposez également d’un solide carnet d’adresses international.
C’est ce qui explique votre brillante carrière politico-administrative qui a été pleinement remplie et qui vous a vu tour à tour occuper les postes de :
• Directeur de Cabinet du Président Léopold Sédar Senghor ;
• Ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement ;
• Ministre des Affaires étrangères ;
• Premier ministre en 1983 et en 2000 ;
• Envoyé spécial de l’Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo où il a joué un rôle décisif en aidant les partie à parvenir à un accord inclusif sur le partage du pouvoir ;
• Membre du Haut Conseil pour l’Alliance des Civilisations de l’ONU.
Quoi de plus naturel, après ce brillantissime parcours, que d’être élu Président de l’Assemblée nationale de son pays, Président Moustapha Niass ?
Les mots de votre premier discours résonnent encore dans la tête des Sénégalais.
N’est-ce pas vous qui déclariez :
« Depuis la nuit des temps, les communautés humaines, dotées d’intelligence et de créativité opérationnelle, ont ressenti le désir de représentation, par le phénomène et par les procédures de la délégation de pouvoirs, traduite sous le concept et sous le vocable de missions. L’Assemblée nationale du Sénégal, et en particulier celle qui entre, aujourd’hui, dans l’espace et dans le temps de la 12ème législature est, et doit rester dans la vocation pleine d’une Institution constamment à l’écoute du peuple qui a élu ses membres éminents. »
Vous poursuiviez en disant :
« Honorables Députés, chers collègues, notre mission est d’écouter, d’entendre et de comprendre le contenu, le sens et la portée des pulsions qui fondent, dans leurs diversités enrichissantes, les ambitions de grandeur, de justice et de vérité d’un peuple, celui du Sénégal, digne héritier des générations antérieures et des pères fondateurs, dans ce qu’ils avaient de plus noble dans la pensée, de plus courageux dans l’action (…) ».
Vous montriez déjà par-là, la parfaite compréhension des missions assignées à l’institution que vous aviez la redoutable tâche de diriger, eu égard à sa formation très composite.
Ceci ne vous a pas empêché de la diriger de main de maître, malgré les critiques acerbes venant souvent de membres de l’institution parlementaire dont je tairais volontiers les noms.
Ces derniers, comme à l’accoutumée, l’insulte souvent à la bouche, nourrissent une haine viscérale pour tout le monde, et pour vous particulièrement.
En effet, votre posture d’homme d’état accompli maitrisant parfaitement les rouages de l’administration et les lois et règlements qui régissent le fonctionnement de l’institution parlementaire vous ont permis de vous tirer d’affaire dans des situations souvent très compliquées, mais que vous avez pu gérer sans coup férir aussi bien pour la 12ème que pour la 13ème législature.
Votre âge avancé que certains de vos pourfendeurs mettent au devant n’a jamais été un handicap, loin s’en faut.
Au contraire, vous n’avez jamais montré de signes de lassitude durant nos longs marathons parlementaires où vous êtes toujours assis, écoutant attentivement tout le monde et apportant les répliques quand il le faut.
Sous d’autres cieux, vous seriez vénéré. Mais comme nul n’est prophète dans son pays, vous avez souvent fait l’objet de critiques infondées de la part de vos contempteurs qui voient du mal partout et qui savent, dans le fond de leur conscience, qu’ils ne vous arrivent même pas à la cheville.
Nous, députés de la Coalition Benno Bokk Yakaar, le Président de la République, son Excellence, Monsieur Macky et tout son gouvernement, sommes tout à fait fiers de vous et de la manière irréprochable et majestueuse dont vous avez dirigé l’Assemblée nationale.
Nous prions pour qu’Allah SWT vous accorde encore une longue vie et une excellente santé pour que vous puissiez continuer à accompagner le Président Macky Sall et à servir le Sénégal comme vous le faites si bien depuis votre prime jeunesse.
Mille fois merci, Monsieur le Président !
Vous n’avez pas trahi votre mission, mais vous l’avez accomplie avec succès.
Partez donc avec le sens du devoir accompli.
La Nation vous sera éternellement reconnaissante.

Ibrahima Baba SALL
Député Maire de Bakel.


Source: yerimpost.com