logo

Nomination d’Idy : “La trahison aurait été plutôt de refuser cette station à la tête du CESE…”ParKhalil Kamara 20/12/2020 à 8:41

Sunufm Radio
Sunufm Radio
Développeur: GS3 Sénégal
Prix: Gratuit


Un bien naturel pour le pays car, cet homme d’Etat compétent a fait ses preuves“. C’est la réaction de Alcaly Ben Mohamed Diouf sur la nomination du Président Idrissa Seck à la tête du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Spécialiste en marketing politique et DIG du cabinet Panafricain de Stratégies de rdv 2swrs (Cabinet 2SWRS), il est revenu sur la composition du nouveau Gouvernement marquée par l’entrée en jeu de membres de l’opposition. Aussi, est-il revenu sur la destitution de Déthié Fall de son poste de numéro 2 de Rewmi.

Composition du nouveau gouvernement…

Appréciation d’abord d’une logique arithmétique dont seul le président en exercice détient le secret du dosage et le choix des différents profils. Pour être franc, la surprise du Chef dans ce casting a été la pilule indigeste pour l’opposition du premier flic du Sénégal garant des joutes à venir. Bref, sempiternel débat interne d’une neutralité ou du devoir d’ingratitude d’un ministre de l’intérieur. Nonobstant cela, il ne m’a pas échappé que l’entrée de ce ministre croise la sortie de son ex-boss de la justice qui a été virée du CESE avec un sursaut d’ingratitude dans ce cas précis“, analyse Alcaly Diouf.

Nomination d’Idy…

Pour lui, la nomination du Président de Rewmi est “un bien naturel pour le pays“. Ca, poursuit-il, “cet homme d’Etat compétent a fait ses preuves nonobstant le Bashing injuste dont il fait perpétuellement l’objet, il a plutôt favorisé les intérêts supérieurs de la Nation-Etat de notre mère patrie en cette période endémique de crise du Covid-19. J’aurais moi aussi répondu présent si tant est qu’en cas de péril l’appel sous les drapeaux sénégalais est un geste auguste et patriotique. Donc R.A.S. sous les tropiques si ce n’est la capacité du don de soi dont il a fait preuve puis de mettre entre parenthèse son œuvre politique“.

Car quel citoyen ne répondrait pas à cet appel salvateur ? S’il en existe un seul dans ce pays, cela se saurait au coin de la rue car nous sommes tous des patriotes et je n’en veux pour preuves tous ceux et celles qui ont cascadés de leurs présences au palais auprès du président Macky Sall“, renchérit l’analyste politique.

Idy a-t-il trahi…?

Du tout“, d’après notre interlocuteur. Non sans préciser qu’ “il s’est plutôt expliqué. Car la trahison à son pays aurait été plutôt de refuser cette station à la tête du CESE qu’en citoyen ès qualité, je considère comme étant la copie conforme d’une carte postale socioprofessionnelle miniature du Sénégal, notre bien le plus précieux. Alors, n’a-t-il pas répondu présent à la concorde bienveillante dans le cadre de la sauvegarde des acquis fédératifs de la nation lorsque l’on sait tous les périls actuels qui jouxtent notre pays dans cette zone subsaharienne en proie au terrorisme et à l’instabilité politique. Le traite à la nation sera forcément celui qui préfèrera avantager son ambition personnelle au détriment de l’appel à la concorde nationale“.

“15 mois” de discussions avec Macky…

Rien d’extraordinaire à ce caractère empreint de secret pour ce genre de discussions au niveau étatique entre des entités sur qui repose pour l’un le suffrage universel et celui arrivé derrière lui. Puis un (1) an et trois (3) mois, cela démontre l’empreinte de sérieux qui a enveloppé ces échanges sur le sceau du secret de polichinelle car bruissant et ruisselant dans les diatribes acerbes de quelques passéistes non avant gardistes restés scotchés dans leurs starting-block. Mais le satisfecit à lui décerner réside dans sa faculté à drainer de l’honnêteté car il aurait pu ne pas l’évoquer en ces termes détaillés à l’adresse de son auditoire“, souligne Alcaly Diouf..

Donner corps à la vision qui sied au CESE…

Personnellement, après sa capacité de résilience, je l’attends sur les résultats et sa habilité à donner corps à la vision qui sied au CESE dont il a décliné une trilogie qui sera fondée sur l’humilité, l’ouverture et la disponibilité appuyé en cela par l’oreille tendue à l’écoute active du peuple, l’émigration clandestine etc. Je tiens d’ailleurs à souligner que ce phénomène date du temps du Massalia et de l’Ancerville dont les jeunes boy plateau ont été les premiers individus isolés à franchir le Rubicon individuel en se cachant dans les cales et recoins de ces majestueux paquebots d’un blanc immaculé à destination de Marseille. Rien à voir avec ces déferlantes humaines et inhumaine“, selon le Spécialiste en marketing politique.

Avant de poursuivre sur Senego : “Ne pensez-vous pas qu’il a comploté contre l’opposition avec qui il a cheminé lors de la présidentielle et à qui elle a demandé de ne ni manifester, ni contester les résultats de Macky ? Il a fait un choix du don de soi en favorisant les intérêts supérieurs de la nation au détriment des siens, de ceux de son parti, de ses militants donc il n’y a pas eu complot puisque la conquête du pouvoir était derrière le cheminement aussi alors restait le temps de la réflexion et ensuite des décisions majeures reste celui de l’action auquel nous assistons.

Je pense que les sénégalais le jugerons sur les résultats, sa capacité à faire accepter et adopter enfin cette institution où siègent le tout Sénégal socioprofessionnel. C’est-à-dire vous et moi et les autres de tout bord. Dans le marketing management politique ou pas toute naissance de produit chemine avec une stratégie de parcours afin d’atteindre sa phase plateau puis de déclin inéluctable après un rendez-vous quel qu’il soit positif ou négatif par conséquent une nouvelle vie dans le cycle s’impose en faisant le rebranding ou un lifting. Es ce coupable ou salvateur de s’abstenir de marcher sur des cadavres pour aller au palais ? Faut-il se laver la conscience avec le sang du peuple en trainant ses savates sur le macadam ou es ce beaucoup plus sage de préserver la paix des cœurs et des braves car chaque vie compte en ce bas monde“.

Destitution de Détié Fall…

L’ex vice-président de Rewmi a été destitué de son poste de numéro 2 de Rewmi. Ce, suite à sa sortie à l’Assemblée nationale et paraphrasant son leader, lorsqu’il était opposant à Macky. Pour Alcaly, “Dethié, soit il n’a pas su où mettre au bon endroit le curseur de la loyauté au sein du nouvel attelage présidentiel qui ipso facto lui fait perdre une liberté de ton tout en restant indépendant seulement dans sa formation politique. Soit ses chevilles ont trop enflé et il a pris la grosse tête à son détriment mais quel que soit le cas de figure en politique je rappelle le cas d’école sous le président Mitterand“.

Un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l’ouvrir, ça démissionne“, cite-t-il Jean-Pierre CHEVÈNEMENT, ministre de la Recherche et de l’Industrie qui démissionna (Acte I) le 22 mars 1983 parce qu’en Conseil des ministres, le président Mitterrand avait dénoncé la “bureaucratie tatillonne” du ministère conduit par Chevènement tout en désapprouvant la “parenthèse libérale” qui s’annonçait. (Acte II) Ministre de la Défense du gouvernement Rocard, il redémissionne le 29 janvier 1991 et Acte III. Ministre de l’Intérieur, il démissionne le 9 août 2000 du gouvernement de Lionel Jospin.

Pour ainsi dire, selon Alcaly Ben Mouhamed Diouf, “en politique, si l’on n’a pas d’ancrage dans sa base naturelle difficile de tenter de faire cavalier seul, sans monture et c’est le cas Dethié à Saint Louis. N’étant parachuté nulle part ailleurs où il peut s’imposer cela est rédhibitoire même s’il n’a jamais rien demandé, il n’a ni décliné, ni refusé une nomination ou son investiture non plus… Ses propos relèvent d’un emportement verbal certain et le crachat dans la soupe ne sied pas à sa personne mais plutôt aux égos surdimensionnés“.