Pourquoi Ousmane Sonko fait-il si peur à la racaille ? (Marvel Ndoye)

0
62


A chacune des sorties de Ousmane Sonko, il faut l’avouer sa prise de parole est captivante, ses propos percutants, le moment opportun. Il est d’un charisme qui semble augmenter de jour en jour. On sent une maitrise des sujets qu’il aborde. Ses critiques envers le système sont pertinentes. Ses remontrances contre les fossoyeurs de la république, contre une certaine presse, contre une certaine magistrature, contre une certaine administration, contre certaines forces de l’ordre, semblent partagées par le plus grand nombre qui en subissent les conséquences au quotidien.

Ce qui est le plus notoire avec les sorties de Ousmane Sonko, c’est la levée de bouclier et la panique qu’elles provoquent auprès d’une certaine frange de la société, je veux nommer la racaille, les politiciens sans vergogne, les dames de compagnie du Président, les prédateurs confirmés, les transhumants répugnants, les magistrats soumis et couchés, les gros dealers à col blanc, les journalistes mercenaires, les patrons de presse corrompus, les avocats sans foi ni loi, les businessman escrocs, les députés serpillères, et autres scélérats.

Quel que soit le sujet abordé par Ousmane Sonko, la bonne gouvernance, le social, le foncier, la santé, la Casamance, l’économie, la justice, le processus électoral, les relations internationales, la sécurité, le processus démocratique, le riz, le pain, la tomate, le beau temps, ….., on a l’impression que la racaille se sent menacé par le discours et la stature de plus en plus présidentiables de Ousmane Sonko. Il suffit qu’il parle de « voleur – menteur – traitre – fraudeur » sans donner de nom, et les mêmes individus ou groupes d’individus se savent visés et répliquent.

Cette offensive de la racaille confirmée est une bonne nouvelle pour les sénégalais en quête d’un leader qui n’en fait pas partie, elle confirme que Ousmane Sonko n’est pas en train de nous faire du « Mbourok Sow », du « Goloria ak poncé », du « Moussa Sy gros poisson», du Fatoumata Tant Pis pour Fouta, du Bamba Fall, du Aissata Tall Sall, du Abdou Latif Coulibaly, et autres tortueux sur commande.

Cette panique est un signe de culpabilité d’individus qui ont tout à se reprocher (vol, pillage, corruption, fraude, trahison, mensonge, trafic, …) et qui redoutent que celui qui mettra fin à tout cela accède aux commandes. Pour l’en empêcher ils semblent prêts à tout.

Ousmane Sonko n’est pas le seul acteur politique qui aspire à diriger le Sénégal. Si la racaille fait presque exclusivement fixation sur lui, occulte ou ménage les nombreux autres opposants à quelques exceptions près, alors à priori nous tenons notre homme. Nous préférons clairement quelqu’un qui est haï par la racaille, par les fossoyeurs, par les colons, par les grands délinquants, par les traitres, par les transhumants.

Un proverbe kurde dit « Quand le voleur pactise avec le serviteur de la maison, il peut faire sortir un bœuf de la cheminée ». Nous voulons un nouveau type de serviteur de la maison, qui n’a signé aucun pacte avec les voleurs, et qui nous ramène les milliers de bœufs sortis par la cheminée.

Merci donc à la pègre et à la racaille d’avoir orienté les sénégalais vers la solution. 2024 n’est plus trop loin. Le jour où cette racaille cessera son offensive contre Ousmane Sonko, alors il faudra commencer à douter de lui.

MARVEL NDOYE


Source: yerimpost.com