Projet Smart City De Diamniadio : La Dgpu Et Ses Partenaires Se Penchent Sur « Un Modèle De Ville Intelligente »

0
51


Single Post
Projet Smart city de Diamniadio : La DGPU et ses partenaires se penchent sur « un modèle de ville intelligente »

La Délégation générale à la promotion des pôles urbains de Diamniadio et du Lac rose (DGPU) est plus que jamais déterminée à faire de Diamniadio « une ville intelligente au carrefour des technologies numériques digitales mais à la croisée du bien vivre et de l’inclusion sociale ». En effet, dans le cadre de la mission d’assistance à la maîtrise d’ouvrage pour la mise en place, en partenariat public privé, du projet Smart city de Diamniadio, elle a lancé, avec le cabinet TACTIS, un cycle d’ateliers qui va durer trois jours (les 5, 6 et 7 septembre). Ce, pour élaborer une feuille de route stratégique pour « un modèle de ville intelligente ». La cérémonie officielle de lancement s’est tenue, ce mardi 5 octobre, à Dakar. Elle a été présidée par le ministre délégué général de la DGPU, Diène Farba Sarr, en présence du chef de la cellule Smart city de Diamniadio, Mme Diénéba Diop, notamment.

Trois ateliers pour réfléchir sur la connectivité, le développement durable et le cadre de vie

Il s’agit ici, de trois ateliers au cours desquels les participants vont réfléchir sur l’élaboration du programme Smart city qui est structurée en trois thématiques sectorielles, à savoir : la connectivité, le développement durable et le cadre de vie. En effet, ils vont permettre à la DGPU et ses partenaires de « communiquer » sur le projet et de recueillir les avis de l’ensemble de parties prenantes du pôle urbain de Diamniadio.

Pour atteindre cet objectif, Diène Farba Sarr renseigne que, depuis son arrivée à la tête de la DGPU, il a mis en place une cellule entièrement dévolue à la ville intelligente pour non seulement « travailler sur le contenant mais aussi sur les configurations du pôle urbain en termes de contenus smart».

Objectif : apporter des « solutions de connectivité »

Selon le chef de la cellule Smart city de Diamniadio à la DGPU, une ville smart repose sur des services de connectivité en adéquation avec ses besoins et ses ambitions, qui s’appuient sur des infrastructures dimensionnées et exploitées en conséquence. Et dans le contexte de Diamniadio, le besoin de connectivité semble s’entendre à trois niveaux. Il s’agit, d’une part, de la connectivité fibre optique, permettant les usages internet fixe, privés ou professionnels, ainsi que le raccordement d’objets et d’équipements, et servant de réseau backhaul aux services mobiles, notamment wifi public ; d’autre part la connectivité mobile, en lien avec les opérateurs mobiles, qui répondent aux besoins internet du grand public et aux besoins des réseaux d’objets connectés, et enfin, la connectivité wifi s’inscrivant dans une stratégie de wifi public à l’échelle du PUD.

A l’en croire, le projet Smart city de Diamniadio va apporter des « solutions de connectivité » pour les réseaux mobiles, les services internet, pour l’administration et les équipements qui seront développés au niveau de cette nouvelle ville.

Diénéba Diop signale qu’une programmation Smart city est concomitante aux objectifs de développement durable. Pour elle, l’introduction du numérique dans la ville vise notamment à « ajuster et optimiser au mieux la consommation des ressources énergie au niveau de la distribution électrique avec les smarts Brids, consommation du réseau d’éclairage public, optimisation du traitement des déchets solides et liquides, gestion des réseaux d’eau ».

« Construire avec les futurs habitants les solutions numériques les plus adaptées »

Le directeur associé du Cabinet TACTIS, pour sa part, a renseigne que l’objectif à travers ces ateliers est de « construire avec les futurs acteurs de la ville de Diamniadio les solutions numériques les plus adaptées et les plus opérationnelles avec un objectif du coût de réalisation concrète à brève échéance ».

Pour Benjamin Fradelle, les ambitions de la DGPU sont « très fortes » sur le sujet. Et le souhait de son cabinet et de passer dès 2022 sur des étapes opérationnelles. Lesquelles consistent à sélectionner les partenaires privés qui permettront à la DGPU de « construire cette Smart city ».

La rencontre a également noté l’intervention du PDG du cabinet TACTIS en ligne, Stéphane Leluxe, cabinet partenaire de la DGPU pour ledit projet, et la présence du conseiller technique du Délégué général de la DGPU, Mbaye Dieng, des partenaires, entre autres.

A noter que le cabinet TACTIS est spécialisé dans la transformation numérique du détail 3.