Sénégal vs Égypteinquiétudes autour du stade Abdoulaye-Wade

0
68


Single Post
Sénégal-Égypte : inquiétudes autour du stade Abdoulaye-Wade
À dix jours de Sénégal-Égypte, manche retour de la double confrontation entre les deux équipes en barrages du Mondial 2022, des doutes subsistent sur l’organisation du match, comme prévu, au stade Abdoulaye-Wade de Diamniadio.

Dans son édition de ce samedi, le journal Bés Bi-Le Jour pointe quelques couacs qui feraient craindre soit une délocalisation de la rencontre du 29 mars soit sa tenue dans le nouveau bijou mais avec  à la clé de nombreux impairs.

Le match qui devait servir de test grandeur nature ne se jouera plus à Abdoulaye-Wade.

Afin de permettre aux organisateurs de prendre le pouls de l’infrastructure avant Sénégal-Égypte, la Fédération sénégalaise de football (FSF) et la Ligue pro avaient retenu d’y tenir GFC-AS Pikine, le grand derby de la banlieue, choc de la 14e journée de Ligue 1.

Une idée saluée par de nombreux observateurs, même si la date initiale a été reportée au 23 mars.

Dans cette perspective, la Ligue pro voulait animer une conférence de presse au stade Abdoulaye-Wade pour coller aux standards internationaux en matière d’organisation de match.

Mais la fédération, via un communiqué, annule le programme en invoquant le Forum de l’eau qui va se dérouler à Diamniadio du 21 au 26 mars.

La Ligue pro sortira quelques instants plus tard son communiqué pour dire que finalement GFC-AS Pikine est maintenu pour le 23, mais au stade Amadou Barry de Guédiawaye.

Ainsi le stade Abdoulaye-Wade devrait accueillir son premier match officiel sans un test grandeur nature. Bés Bi-Le Jour s’en inquiète.

D’autant que, signale le journal, la billetterie n’est pas encore ouverte et les Turcs, qui ont bâti l’infrastructure, ne verraient pas d’un bon œil l’organisation d’un match dans un stade non officiellement livré et toujours en chantier.

Délocaliser Sénégal-Égypte au stade Lat-Dior de Thiès, pourrait constituer en plan B. Le cas échéant, il faudra hâter le pas dans la mise aux normes de l’infrastructure avec notamment l’installation du VAR, exigée par la FIFA. Le délai (dix jours) risque de «s’avérer très juste» selon Bés Bi-Le Jour.


Source: seneweb.com