Terrorisme : Le Sénégal, imminente cible des djihadistes…ParMangoné KA 21/06/2021 à 9:24

77
logo


Le Sénégal est l’un des pays africains qui sont devenus une cible terroriste pour le djihadisme au Sahel. Avec la Côte d’Ivoire, le Bénin et d’autres États côtiers africains, le pays est un centre de préoccupation majeur pour les forces de sécurité antiterroristes opérant dans la région.

Début 2021, les forces de sécurité sénégalaises ont démantelé une cellule djihadiste dans la ville de Kidira, à quelques kilomètres de la frontière avec le Mali. Parmi les quatre accusés figure un commerçant qui était surveillé par les services de sécurité du pays côtier depuis deux ans, après que son numéro de téléphone soit apparu dans l’un des groupes du réseau de messagerie instantanée WhatsApp lié à la Katiba Macina, un groupe local appartenant à la coalition JNIM.

La franchise d’Al-Qaïda dans la région du Sahel, le Groupe pour le soutien de l’islam et des musulmans (connu sous le nom de coalition JNIM), a multiplié les attaques à la frontière entre le Mali et le Sénégal au cours des deux dernières années dans le cadre du processus d’expansion de son activité djihadiste en Afrique de l’Ouest, en particulier le groupe local affilié à la coalition Katiba Macina. Déjà en 2015, une trentaine d’imams et autres agents endoctrineurs ont été accusés d’activités de prosélytisme à Kaolack, Kolda et dans la banlieue de Dakar, intensifiant les unités de surveillance et de protection dans les territoires ciblés par la menace djihadiste.

Parmi les raisons trouvées pour établir cette expansion progressive et le développement de l’activité vers d’autres zones d’influence, il y aurait, principalement, la confrontation continue entre la coalition du JNIM et son rival régional, l’État islamique dans le Grand Sahara (EIGS), ainsi que le besoin ressenti par le leader du JNIM, Amadou Kouffa, de déplacer la lutte armée au-delà des frontières traditionnelles du Mali et du Burkina Faso, ce qui fournirait au groupe plus d’influence, de financement et de nouvelles niches de recrutement. Cependant, ces deux raisons ne sont pas exclusivement ce qui pousse le JNIM à rechercher la confrontation armée avec Dakar. La vérité est que contrôler autant que possible les entrées et sorties de la mer est une incitation que toute organisation terroriste transnationale rêve d’obtenir. Cela leur permet d’infiltrer des combattants, des marchandises et toutes sortes de biens de n’importe quel point du monde avec une relative facilité par rapport aux points d’entrée par voie terrestre ou aérienne, et vice versa. En outre, le fait que le Sénégal soit un pays géopolitiquement positionné avec un port ouvert directement sur l’Atlantique et une quantité importante de ressources naturelles stratégiques telles que l’or et le pétrole rend le pays attractif pour l’établissement d’une présence terroriste.

C’est pourquoi, à la fin de l’année dernière, les autorités sénégalaises ont renforcé leur présence militaire à la frontière avec le Mali, en construisant une base militaire à Goudiry, dans la région frontalière de Tambacounda. En outre, les unités de soutien et de protection des coalitions internationales constituent une source importante de soutien et de sécurité pour les forces armées locales dans la lutte pour limiter la présence djihadiste au-delà de celle établie dans une grande partie des territoires sahéliens. En témoignent le Groupe d’action rapide de surveillance et d’intervention au Sahel (GARSI-Sahel), une unité mobile soutenue par l’Union européenne et dirigée par la Guardia Civil, qui est présente à la frontière avec le Sénégal, et l’opération Barkhane, qui a jusqu’à présent réussi à empêcher l’expansion des djihadistes à l’intérieur de ses frontières. En effet, l’annonce récente de la reconfiguration de cette dernière opération par le gouvernement de Macron a suscité l’inquiétude de Dakar, craignant que la réduction de la présence militaire française dans l’opération établie au Mali ait des répercussions sur la sécurité des frontières avec les pays voisins qui n’ont pas encore subi le coup du djihadisme en première personne.

Pour l’instant, la stabilité politique et économique dont jouit le Sénégal permet une sécurité relative à ses frontières extérieures, et dissuade la majeure partie de la société civile de rejoindre l’insurrection islamiste. Reste à savoir si la situation actuelle sera suffisante pour repousser le terrorisme dans le pays ou si, au contraire, la détérioration et la dégradation progressives de la sécurité de son voisinage régional constituent inévitablement une menace pour la sécurité à l’intérieur de ses frontières.

(Source : observatorioterrorismo.com)


Source: senego.com