Tribunal des flagrants délitsUne domestique accusée par sa patronne de vol de bijoux en or et en diamant

0
32


Single Post
Tribunal des flagrants délits : Une domestique accusée par sa patronne de vol de bijoux en or et en diamant
La dame Lyssa Niang est tombée des nues, lorsqu’elle est rentrée au Sénégal le 5 décembre 2021, rapporte Rewmi Quotidien dans sa livraison de ce mardi.

Pour cause, elle a constaté la disparition de ses bijoux en or et en diamant d’une valeur de 5 millions FCFA qu’elle avait gardés dans son armoire.

Alors que tous ses soupçons se portaient sur sa domestique Astou Ndiaye qu’elle n’arrivait plus à joindre, elle décide purement et simplement de lui tendre un piège.

Ainsi, elle demande à Pape Momar Ndiaye, gérant de l’immeuble où elle habite de contacter la présumée voleuse et de lui dire qu’il devait lui remettre un don (50 000 francs) de sa patronne.

Astou Ndiaye mord à l’hameçon et dit à son interlocuteur qu’elle se trouve chez son mari à Niarry Tally, tout en lui fixant un rendez-vous.

Les limiers du commissariat de Grand-Dakar se transportent illico presto sur les lieux et interpellent la mise en cause vers les coups de 22h.

Attraite, hier, devant le tribunal des flagrants délits de Dakar pour vol au préjudice de l’employeur, la trentenaire allègue qu’elle n’a pas mis les pieds dans l’appartement de la plaignante durant tout son séjour à Abu Dhabi.

Car, elle avait remis les clés à Pape Momar Ndiaye.

“Je suis partie là-bas le 4 décembre parce qu’elle m’avait demandé de nettoyer les lieux et de lui préparer à manger. Pape Momar était dans l’appartement au moment où je faisais ces tâches. J’ai pas volé ses bijoux”, a-t-elle contesté.

À propos de ses trois jours d’absence, elle renseigne qu’elle voulait une augmentation de salaire.

“Elle me payait 35 000 francs. Je faisais le ménage trois fois dans la semaine. J’ai fait 13 jours de service. J’attendais son feu vert pour reprendre le boulot. Mais, elle ne m’a pas appelée”, lâche-t-elle.

Interrogée sur les faits, Lyssa Niang, qui vit seule à Fann, indique qu’elle a recruté la prévenue le 1er novembre 2021.

“Je lui ai remis la clef de mon appartement et celle de ma chambre à coucher le jour où je quittais le pays. Après son forfait, je n’arrivais plus à la joindre pendant trois jours. Elle m’avait bloquée”, a-t-elle regretté.

Des propos confortés par Pape Momar Ndiaye qui ajoute que la prévenue est venue à deux reprises dans l’appartement.

Pour l’avocat de la partie civile, la comparante reste et demeure la seule coupable des faits qui lui sont reprochés.

S’agissant de la réparation du préjudice, Me Abdynar Ndiaye a réclamé 5 millions FCFA.

Le représentant du Ministère public a requis deux ans d’emprisonnement, dont quatre mois ferme.

D’après lui, la prévenue essaye de semer le doute dans l’esprit du tribunal.

“Elle ment sur les circonstances des faits. Le gérant de l’immeuble est là-bas depuis 15 ans et il n’y a jamais eu de vol”, peste-t-il.

La défense a plaidé le renvoi des fins de la poursuite.

L’affaire est mise en délibéré au 10 janvier prochain.


Source: seneweb.com