Single Post

Usine De Dessalement D’eau De Mer Des Mamelles : Les Travaux De Pose De La Nouvelle Conduite Principale Lancés


Single Post
Usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles : Les travaux de pose de la nouvelle conduite principale lancés

Le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam, a lancé les travaux de pose de la nouvelle conduite principale de distribution d’eau potable du Projet de construction de l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles à Dakar. La cérémonie officielle de lancement s’est tenue, ce jeudi 17 septembre 2020, au Monument de la Renaissance Africaine, devant les réservoirs des Mamelles. Elle a noté la présence de l’Ambassadeur du Japon au Sénégal, Son Excellence Tatsuo Arai, du Directeur général de la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones), Charles Fall, du Préfet de Dakar, Alioune Badara Samb, du maire de Ouakam, Samba Bathily Diallo, des associations de consommateurs, entre autres.

Une composante importante du projet

Il s’agit ici, des travaux du lot 2 du grand projet de construction de l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles que l’État du Sénégal a inscrit dans le cadre d’actions prioritaires du Plan Sénégal émergent (Pse) afin de mieux sécuriser l’alimentation en eau potable de la région de Dakar. Ils constituent ainsi une composante importante dudit projet dont le coût global est estimé à 137 milliards de francs Cfa. Un montant sous forme de prêt à des conditions «très concessionnelles» que le gouvernement du Japon (Jica) a accordé à l’État du Sénégal.

En effet, cette nouvelle conduite principale de distribution de l’eau potable qui sera produite par cette nouvelle usine s’étale sur 10,4 kilomètres, sur un tracé allant des Mamelles à la Patte d’Oie (Dakar). Autrement dit, outre l’usine et le renouvellement du réseau de Dakar 1 sur 316 kilomètres, ce projet de dessalement d’eau de mer, dans sa dimension technique et son impact social, prévoit la pose de cette nouvelle conduite d’un diamètre nominal de 700 millimètres. Ainsi, elle renforce la conduite de distribution existante de diamètre nominal presque deux fois moins importante (400 millimètres) qui est vétuste et saturée. L’objectif est d’«améliorer» l’alimentation en eau potable des zones jadis en bout de réseaux du système d’adduction du Lac de Guiers, à savoir : les Parcelles assainies, la partie Est de Yoff (Nord Foire, Apecsy 1 et 2), Ngor, Almadies, la partie Nord des Sicap liberté, et Ouakam.

«Un choix technologique inédit et une solution du futur»

Selon le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, la pose de la nouvelle conduite principale de distribution de l’eau potable, qui fait partie du Projet plus global de l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles, est «un choix technologique inédit et une solution du futur».
A l’en croire, «c’est un choix qui permet de réduire la dépendance de notre pays vis-à-vis du Lac Guiers qui est à 250 kilomètres de Dakar».

«Un choix qui préserve les nappes d’eaux»

Toujours selon Serigne Mbaye Thiam, ce projet structurant est aussi «un choix qui préserve les nappes car, pour lui, l’exploitation des nappes souterraines n’est une exploitation infinie».

Le projet a «respecté toutes les étapes d’étude»

Le ministre a, par ailleurs, renseigné que le projet a «respecté toutes les étapes d’étude». Il s’agit, ici des études bathymétrique, courantologie et mesures de qualité de l’eau de mer (jusqu’en 2016), de l’étude d’impact environnemental et social, de l’étude technique, entre autres.

«L’accès à une eau de qualité et en quantité suffisante est un des piliers de la sécurité humaine …»

L’ambassadeur du Japon au Sénégal, Son Excellence Tatsuo Arai, pour sa part, a soutenu que ce projet de «grande envergure vient enrichir la liste des réalisations de la coopération japonaise dans le secteur de l’eau au Sénégal».
Pour le diplomate japonais, l’accès à une eau de qualité et en quantité suffisante pour un plus grand nombre de la population, est un des piliers de la sécurité humaine et une société résiliente aspirant à l’émergence».

Ce projet va «absolument nous aider à réajuster les demandes des populations en eau»

Le président de la Fédération sénégalaise des associations de consommateurs (Fsac), Imam Youssoupha Sarr, prenant la parole en son nom et à celui de tous ses collègues présidents d’associations de consommateurs, a remercié les autorités étatiques qui ont, selon lui, «tout le temps mené des activités pour une meilleure alimentation en eau potable».
Ainsi, le défenseur des consommateurs estime que ce projet va «absolument les aider à réajuster, et à sa juste mesure, les demandes des populations en matière d’eau potable pour un certain temps».

«Ouakam a toujours soutenu et défendu ce projet»

De l’avis du maire de la commune de Ouakam, l’usine de dessalement d’eau de mer des Mamelles est un projet «novateur et unique dans notre sous-région». «La commune de Ouakam, dans son intégralité, a toujours soutenu et défendu ce projet, même durant ses moments les plus difficiles», a lancé Samba Bathily Diallo à l’assistance.

Objectif, produire 50 000 extensible à 100 000 m3/jour

Pour rappel, le projet de l’usine de dessalement d’eau de mer vise à «assurer la desserte en eau potable de la région de Dakar et à améliorer les réseaux de distribution existants dans la Zone de Dakar 1». Ce, par la construction d’une usine de dessalement d’eau de mer produisant 50.000 m3/jour extensible à 100.000 m3/jour ; la réhabilitation et le renforcement des 316 kilomètres de réseau de distribution et la délimitation des zones d’influence des réservoirs de distribution et de stockage en vue d’une amélioration du rendement du réseau ; et enfin, la mise en place d’un système de télégestion complet du réseau de distribution de Dakar 1 afin d’avoir une totale maitrise du réseau d’eau potable par l’instauration d’un système approprié de contrôle, d’intervention et de suivi des indicateurs de performance».



SÉLÉCTION DE LA RÉDACTION