Voici la chronique du 12 juin 2019